21AOÛT2016 : PSG/METZ

D R E A M B I G G E R

Publicités

Juillet 2016. Je dois monter à Paris pour un vol pour la Corse. Pour le moment je galère un peu, j’enchaîne les petits boulots, ce mois-ci c’est animatrice de colo à Porto Vecchio. J’envisage une entrée en BTS Audiovisuel (option montage et post-production) à la rentrée. Condition d’accès à la formation? Avoir une entreprise pour l’alternance. Aïe. Avant le départ sur l’Île de Beauté, je m’accorde une semaine à la capitale. Après quelques jours à taper aux portes, personne ne peut m’accueillir: je n’ai pas d’expérience, pas de diplôme, je ne suis pas fille-de, bref: l’audiovisuel c’est comme tous les secteurs de nos jours quoi.

Je cherche un peu qui réalise des vidéos que j’aime suivre. Et je nous revois, Marion et moi, 7mois plus tôt, à passer notre réveillon du Nouvel An à regarder les No Comment du PSG. (C’est comme ça qu’elle m’a achetée d’ailleurs, la fourbe. Salutations et respect au monteur et son efficacité du coup…!).

La saison de Ligue1 est finie, on est en plein Euro, et c’est la semaine de reprise des entraînements au Camp des Loges. « Si tu fais rien il se passera rien » (c’est Manu Payet qui dit ça dans Radiostars, de Romain Lévy. Je recommande. L’application de la phrase. L’acteur. Le film. Le réalisateur.) Je recommence mon petit cheminement. Comme je deviens une pro des organigrammes, reconnaissons-moi ça, je tombe directement sur la bonne personne. Je fais une demande de stage, et par la même occasion je tente de voir s’il y a moyen de faire des photos sur une journée ouverte à la presse. Échec pour le stage, à voir pour les photos mais plutôt au Parc. On laisse cette histoire en suspens, juillet passe, et je rentre toute bronzée de Corse (aucun impact dans l’histoire, mais très très important pour le moral de prendre des couleurs).

14045998_10209780301654515_7671010886096553271_n

21 août 2016. Premier match de Ligue 1 de la saison. À domicile pour le PSG. Premier match sur la pelouse du Parc des Princes pour Hatem Ben Arfa… et aussi pour moi. Enfin, lui y est déjà allé comme visiteur, moi dans les gradins, mais là c’est notre playground. Belle symbiose des incompris, pourtant étrangement passée inaperçue. Passons.

Le Parc des Princes, c’est magique. Déjà en tribune, ça a de la gueule, mais sur la pelouse, c’est un monde à part. Vraiment. J’ose à peine taper cet article, de peur que ma bonne étoile se rende compte de la chance qu’elle m’a laissée, et décide de chômer à partir de maintenant. Mon premier stade de football, le Parc des Princes. C’est assez dingue je trouve. Je me sens un peu coupable au fond, ou mal à l’aise vis à vis de ces gens passionnés du Paris Saint Germain depuis toujours, qui n’ont jamais pu se rendre Porte de St Cloud. Moi Marion me montre trois vidéos, et je débarque, comme si c’était une évidence.

Là encore, pas besoin d’être un grand analyste : je prends mon pied (jeu de mots parce qu’on est sur du foot, n’applaudissez-pas, c’est cadeau) sur les portraits. Du coup, je regarde un peu les photos des reporters sur les matchs, de manière générale, et je vois que ça ne se fait pas spécialement. Ce n’est pas un reproche, ou une comparaison, je ne me permettrais pas, et mes photos de sport pur et dur ne sortent pas forcément du commun, c’est une constation. Je trouve ça dommage, parce qu’à côté des sportifs, on manque les personnalités de chacun.Je crois que c’est comme ça que j’ai toujours fondé mes avis sur les gens, et analysant leurs traits, leurs expressions, la palette de sentiments que dégagent leurs visages. Ça reflète quand même généralement très bien l’âme dissimulée dans le corps. (Si vous êtes amateurs dans ce genre d’analyses, faites quand même attention à ne pas passer à côté de belles personnes juste parce que vous avez un jour compris ici qu’un sourire=une personne heureuse, ça serait dommage, et je m’en voudrais d’avoir été aussi mal comprise)

Beats, faites pas genre, on le sait tous que la collaboration Trapp/Loustau, c’est au dessus de toutes vos espérances, et que le rendu est bien trop génial pour laisser filer ça.

Quelques semaines après le match, c’est Thomas Meunier qui postera une de mes photos sur ses comptes Facebook, Instagram et Twitter. Et ça, ça fait carrément plaisir. Parce que, quand les compliments viennent des copains, ça touche, mais on sait jamais si c’est sincère. Quand ça atterrit directement sur les pages officielles des sujets, c’est que mine de rien, le contrat est rempli je me dis…

SONY DSC
Thomas Meunier. PSG/METZ – 21082016
Remerciements: Marion P., le club du PSG, Anthony Baca, Bruno Marchand, Federico Pestellini, Thomas Meunier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s